SPANC: réunion publique d’hémévez

Posté par stéphane le 24 mai 2011

 SPANC: réunion publique d'hémévez wkdjcomcom_facade.jpg communauté de communes de Montebourg

Vendredi 20 mai 2011 a eu lieu à la salle des fêtes d’hémévez la dernière réunion public du canton de Montebourg au sujet des contrôles ANC. Des membres du collectif on assistés à cette assemblée en espérant entendre des nouveautés, hélas rien de neuf à l’horizon. Toujours les mêmes discours et les mêmes objectifs contrôler coûte que coûte et faire réhabiliter au plus vite. A noter la même incompréhension du public face à l’intervention du spanc sur le domaine privé, incompréhension encore plus grande en voyant le service public délégué à une entreprise privée. De nombreuses questions on fusés face au prix exorbitant du contrôle, sur la part reversée au délégataire et sur l’utilité d’un tel contrôle. Un habitant inquiet a posé la question de savoir si après avoir obligé des propriétaires à faire des travaux hors de prix, les élus ne les obligerait pas ensuite à se raccorder au « tout à l’égout ».

De notre côté nous avons demandé à l’entreprise privée, présente à la réunion, sur quel critères elle décide si une installation est à réhabiliter ou pas. Il semblerait qu’elle utilise encore des critères datant de 2006 alors qu’un courrier du ministre de l’environnement, nous explique bien que les critères d’évaluation des dangers pour les personnes ou les risques avérés de pollutions de l’environnement sont en cours de test et qu’ils seront définis par un arrêté interministériel.

Nous leur avons aussi demandé pourquoi ils continuent à faire des contrôles alors qu’un chargé de mission de leur entreprise dit:  « il n’existe pas, à l’heure actuelle, de méthode non destructive permettant d’étudier le cœur des dispositifs filtrants. les observations sont superficielles et, si elles peuvent permettre de repérer les problèmes graves, elles ne peuvent en aucun cas permettre de déterminer de façon scientifique l’état de fonctionnement d’une installation et ses performances environnementales.

-conséquence: les techniciens des spanc sont souvent démunis face à leur obligation de contrôle et sont obligés, faute d’outils et de moyens, de se contenter de constats « périphérique à la mission de traitement » ne pouvant en aucun cas traduire l’état réel du filtre.

-le client lui-même n’est pas toujours convaincu du réalisme des diagnostics. »

Cette lecture  les a semble t-il quelque peu déstabilisés, et il ont essayés de se raccrocher aux branches en expliquant qu’il appliquaient la loi. D’ou notre dernière question aux élus, pourquoi puisque la loi les autorisent, n’ont-il pas débloqué un budget pendant les cinq première années du spanc? La réponse n’arrivera jamais et surtout pas de la part des élus qui ont l’air totalement pilotés par l’agence de l’eau et l’entreprise privée présente, et incapable de répondre à nos questions.

Quand ont sait que l’un de ces élus a dit il y a quelque temps, à l’antenne d’une radio locale que: » la pêche à pied à la baie des veys est régulièrement fermée à cause du dysfonctionnement des installations d’ANC » on peut se poser des questions à l’aptitude de certain à gérer ce dossier aussi lourd qu’est l’assainissement non collectif.

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Association Amour Espérance... |
EURO SECTION News |
Nos Petites Frimousses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de la Gaule Lédonienne
| le carre madeleine
| Couleurs Latines